« La commode aux tiroirs de couleurs » (2020) & « L´étrangère » (2015)

« La commode aux tiroirs de couleurs » (2020) & « L´étrangère » (2015)

Le confinement est terminé mais ce n’est pas une raison pour fermer les livres ! Voici deux idées de lecture qui vous plairont peut-être……

  • La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz
  • L’étrangère de Valérie Toranian

Deux autrices différentes mais leurs romans ont un certain nombre de points communs. O. Ruiz, chanteuse, est née en 1980 à Carcassonne, elle est d’origine espagnole. V. Toranian, journaliste, est née en 1962 à Suresne, elle est d’origine arménienne.

Le thème de ces 2 récits est la vie mouvementée de deux grand-mères, Rita et Aravni, racontée par leurs petites-filles. Le point de départ est une tragédie historique : L’Espagne sous la dictature de Franco (1939) pour Rita et le génocide arménien (1915) pour Aravni. Les deux femmes quittent leur pays dans la douleur et terminent leur vie en France.

L’exil, le déracinement, l’abandon d’êtres chers, les camps de réfugiés, les difficultés économiques et personnelles dans le pays d’accueil, l’identité, la langue que l’on parle et celle qu’on doit apprendre, l’héritage culturel que l’on veut transmettre ou non aux générations futures, les souvenirs, ce sont les lourdes valises que traînent, portent Rita et Aravni. Thème d’actualité……

Les récits sont cependant différents :

  1. Ruiz laisse sa grand-mère raconter sa vie à partir d’objets et de lettres trouvés dans « la commode aux tiroirs de couleurs » dont elle a hérité à sa mort. Chaque tiroir dévoile une partie de l’histoire de cette famille franco-espagnole. Cette histoire est une fiction car il n’y a pas eu de transmission de l’histoire familiale : « Dans cette famille, nous parlions beaucoup, à pleine voix, et surtout pour ne rien se dire. » C’est l’histoire de 4 générations de femmes fortes de Barcelone à Narbonne en passant par Argelès et Toulouse. La vie de ces femmes est difficile mais l’amour, la tendresse, la joie, l’ironie accompagnent le récit. Le ton est enlevé, pétillant : « Tu dois bien te marrer Abuela de là-haut, je suis devenue aussi bienveillante et manipulatrice que toi » dit la petite-fille dans l’épilogue en quittant son papi aux mains de « la flamboyante Lola ».

Valérie Toranian s’appuie sur des récits familiaux : « L’histoire d’Aravni est une reconstitution romancée faite à partir des notes que j’ai prises auprès de ma grand-mère pendant les dernières années de sa vie ». L’histoire commence en juillet 1915 à Amassia en Arménie pour finir en 1994 avec les derniers mots de la grand-mère. V. Toranian alterne les chapitres entre présent et passé. Les premiers chapitres nous font vivre l’atroce marche des Arméniens chassés de le chez eux par les Turcs. La Turquie nie toujours le génocide arménien : « Ce déni d’Histoire est un nœud coulant qui empêche tout Arménien, non pas de vivre, mais de respirer normalement ». Amassian, Alep, Constantinople, Marseille, Alfortville, la route est longue mais la grand-mère est une femme forte qui se bat pour survivre pour vivre, elle reste attachée à l’Arménie, aussi quand son fils Vram change son prénom pour devenir Georges (comme Rita dans le roman de Ruiz devient un temps Joséphine) et veut épouser une Française, elle se sent trahie, «Comment peut-il lui faire ça ? », elle qui aurait voulu des petits-enfants parlant « sa langue » ! L’écriture est différente de l’autre roman, le ton est plus sobre et aussi plus sombre mais le lien d’amour entre la grand-mère et la petite-fille nous entraîne de page en page sans jamais nous lasser.

Ces romans ne sont pas traduits.

La commode aux tiroirs de couleurs, édition JC Lattès, 2020

L étrangère, édition «J’ai lu » nr 11448, 2015

 

 

 

 

 

« Les enfants après eux“ de Nicolas Mathieu (2018)

« Les enfants après eux“ de Nicolas Mathieu (2018)

 Un lieu : La ville d’Heillange (nom inventé mais on reconnaît de vrais noms comme Florange, Hayange) dans une région désindustrialisée de l‘est de la France. Quatre périodes : de 1992 à 1998. Trois jeunes, leurs copains et leurs familles : Anthony, Hacine, Steph. Les parents essayent de survivre et d’assurer l’avenir de leurs enfants qui, eux, n’ont qu’une idée : fuir ce monde-là à tout prix. Un lieu de vie monotone : « A force de parcourir le coin à pied, à vélo, en scoot, en bus, en bagnole, Steph connaissait la vallée par cœur. Tous les mômes étaient comme elle. Ici, la vie était une affaire de trajets. On allait au bahut, chez ses potes, en ville, à la plage, fumer un pet’ derrière la piscine, retrouver quelqu’un dans le petit parc. On rentrait, on repartait, pareil pour les adultes, le boulot, les courses, la nounou, la révision chez Midas, le ciné. Chaque désir induisait une distance, chaque plaisir nécessitait du carburant. A force on en venait à penser comme une carte routière ». En 1964, les sociologues Pierre Bourdieu et J.Claude Passeron avaient décrit dans un livre devenu culte, « Les héritiers », les déterminismes sociaux, les codes culturels à maîtriser pour atteindre la France d’en haut. Il est toujours aussi difficile aujourd’hui de faire marcher l’ascenseur social, un exemple dans le livre : Vanessa, une amie de Steph, a réussi à s’inscrire en fac de droit mais elle constate qu’elle est différente, comparée à ces « citadines pimpantes et délurées, en trench et mocassins avec leur sac Longchamp, ces meufs avec leurs connaissances des musées de Londres et d’Amsterdam et leur vocabulaire choisi ». De même Steph inscrite dans une classe préparatoire à Paris « faisait figure de plouc achevée » et un « prof lui avait conseillé de se débarrasser de son accent » Le vocabulaire des jeunes de Heillange reflète leur condition : Anthony s’entend dire par son cousin « Tu te pointes chez moi, tu bois mes bières, tu tapes ma coke gratos. Tu te crois où, sans déconner ? ». Nicolas Mathieu ne manque cependant ni de tendresse ni d’humour pour décrire la vie de ces jeunes, tous différents mais tous décidés à s’en sortir d’une manière ou d’une autre.

L’auteur, né en 1978, a grandi à Golbey, près d’Epinal dans une famille entre classe populaire et classe moyenne. De par sa famille et ses petits boulots, il connaît parfaitement les territoires de l’est de la France marqués par la désindustrialisation et les licenciements. Lui aussi, il a voulu fuir : »je me suis dit très tôt que l’écriture pourrait être un moyen de sortir de là où j’étais ». Après un bac littéraire et une licence d’histoire à Nancy, il a passé une maîtrise de cinéma à Metz et une licence d’histoire de l’art à la Sorbonne. « Dans ma famille personne n’avait pu me conseiller sur les meilleures filières pour trouver un emploi ». Alors il s’installe à Paris où sa vie est très précaire mais sans perdre de vue sa volonté d’écrire. Il publie son premier roman en 2014 « Aux animaux la guerre » adapté pour la télévision par Alain Tasma. Son deuxième roman « Leurs enfants après eux » obtient le prix Goncourt en 2018.

« Leurs enfants après eux », Actes Sud, 432 pages

«Wie später ihre Kinder « Aus dem Französischen von Lena Müller und André Hansen, Hanser Verlag.

« L’art de perdre » d’Alice Zeniter

« L’art de perdre » d’Alice Zeniter

1962: fin de la guerre d’Algérie (on disait „les événements » jusqu’en 1990). Et on en parle toujours …. L’actuel Président de la République, Emmanuel Macron, revient en 2018 sur deux épisodes sombres de cette histoire liée à la colonisation française en Algérie : le 13 septembre, il a reconnu « la responsabilité de l’Etat » dans la disparition de Maurice Audin ( jeune mathématicien communiste, enlevé en juin 1957 par des parachutistes français puis torturé et exécuté) et peu de temps après il a rendu hommage aux harkis (supplétifs de l’armée française en Algérie) et a exprimé le souhait d »’inscrire la mémoire des harkis dans le récit national ». Après la fin de la guerre, 90 000 personnes, combattants et leurs familles, avaient été accueillies en France dans des conditions plus que précaires tandis que près de 75 000 autres harkis avaient été abandonnés en Algérie aux sanglantes répressions de ceux qui les considéraient comme des traîtres…

 

1977 : La romancière Alice Zeniter, elle-même petite-fille de harkis, entreprend d’écrire l’histoire d’une famille de harkis de Kabylie, du grand-père Ali à la petite-fille Naïma. En 500 pages, elle déroule devant ses lecteurs un pan de l’histoire de l’Algérie française de 1830 à 1962 et leur fait découvrir le triste sort réservé en France aux familles de harkis. « On ne parle pas ici de gens qui ont fait un choix par amour pour la France mais qui ont fini par opter pour un camp presque inconsciemment » souligne Alice Zeniter. Du camp de Rivesaltes aux barres des HLM de Flers en passant par le camp de Jouques, Ali et sa famille essaient de reconstruire leur existence dans une France qui veut oublier les guerres passées (seconde guerre mondiale, Indochine et Algérie) (1). Petit à petit, 3 générations tracent leur route, dans le silence, l’oubli, la perte, seule la petite-fille Naïma ira découvrir la terre de ses ancêtres. Le titre du livre est tiré d’un poème de la romancière américaine Elisabeth Bishop (1911-1979) : « Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître /tant de choses semblent si pleines d’envie/d’être perdues que leur perte n’est pas un désastre. ».

 

Un roman passionnant, dur mais non dénué de tendresse et d’humour, bien écrit et très actuel dans cette recherche de la transmission et de l’identité. « Une belle façon aussi d’analyser avec finesse les problèmes identitaires des enfants d’immigrés dans la société contemporaine » (2)

 

L’Art de perdre, Flammarion/Albin Michel, 2017. Prix Goncourt des lycéens.

 

(1) A lire : L’Art français de la guerre » d’Alexis Jenni, prix Goncourt 2011.

 

(2) Jérôme Dupuis, L’Express 16/08/2017

 

Auf deutsch :“ Die Kunst zu verlieren“ Erscheinungstermin: 01.02.2019. Berlin Verlag

 

 

 

« La tresse » de Laetitia Colombani

« La tresse » de Laetitia Colombani

Peut-être avez- vous déjà lu « La tresse » le livre de Laetitia Colombani (Ed. Grasset), déjà présent depuis 40 semaines dans la liste de ventes de l’Express et présenté dans le numéro du magazine Ecoute d’octobre 2017. Sinon, précipitez-vous pour le commander !

 

En 224 pages, Laetitia Colombani vous emmène en Inde, en Sicile et au Canada auprès de 3 femmes, Smita, Giula et Sarah qui, chacune à leur manière, se battent avec détermination l’une pour sauver sa fille Lalita de sa condition d’Intouchable, l’autre pour redresser l’atelier artisanal de fabrication de perruques de la famille et la dernière pour ne pas laisser le cancer la plonger dans la détresse. Cette force qui se dégage de ces 3 destins est à ce point fascinante que vous ne lâcherez plus le livre. On avance avec ces 3 femmes chapitre après chapitre. Pourquoi ce titre ? A vous de le découvrir ! Ce livre est traduit, mais pour les lecteurs allemands qui souhaitent lire en français, il suffit d’avoir un niveau B2 (selon Ecoute intermédiaire).

Laetitia Colombani , née en 1976 à Bordeuax, est une réalisatrice, actrice, scénariste et écrivaine française. « La tresse » est son premier roman (parution en mai 2017).

Das Buch „La tresse“, der Zopf, ist auf deutsch erschienen. Aber wenn Sie das niveau B2 haben, können Sie es leicht auf französisch lesen. Das Buch ist im Mai 2017 bei Grasset erschienen. Das Buch wurde von deutschen Lesern warm empfohlen.

 

 

 

 

DFC / CFA Nürnberg

Am Nordostbahnhof 52

90491 Nürnberg

Newsletter Januar 2021

Newsletter Januar 2021

Chers amis,

Nous vous souhaitons une heureuse nouvelle année (plus heureuse que la dernière !) et surtout une bonne santé (avec ou sans vaccins) !

Avec cette nouvelle année 2021, l’espoir renaît de retrouver familles et amis en chair et en os !

Mais…actuellement, beaucoup de choses se font encore en ligne et cela passe donc avec notre concours de lecture à voix haute -édition 2021- qui prendra son envol le 22 janvier, lors de la journée franco-allemande.

Cette année, nous avons élargi notre public et notre choix de textes.

Ce concours s’adresse désormais aux institutions bavaroises suivantes offrant des cours de français : Realschule, Gymnasium, Mittelschule, BOS et FOS.

Pour les textes, nous souhaitons, cette année, rendre hommage à 3 auteurs du monde des fables, de la poésie et de la chanson : Jean de La Fontaine, Andrée Chedid et Georges Brassens.

Si vous êtes intéressés, rejoignez-nous sur le site du DFC (www.dfc-nuernberg.de), vous y trouverez les conditions d’inscription ainsi que les textes choisis. Nous espérons que ces textes vous plairont et vous inciteront à la lecture à voix haute!

Nous sommes heureux d’avance de vous écouter avec attention et bienveillance !

Le concours sera clos le 21.03.2021.

Chaque année, le 22 janvier est un jour très spécial pour l’amitié franco-allemande. Le 22 janvier 1963, Konrad Adenauer et Charles de Gaulle signent le traité de l’Élysée, mettant ainsi les bases de l’amitié franco-allemande. Depuis plus de 40 ans, cette journée est célébrée en Allemagne et en France dans les écoles, les universités, les villes et les municipalités. Cette année, le jumelage Nuremberg-Nice célèbre la Journée de l’amitié franco-allemande en ligne et le club franco-allemand y participe avec une conférence sur Le Clezio. Toutes les informations sont sur le site internet suivant : https://www.nuernberg.de/internet/international/aktuell_69997.html

Et les prochaines manifestations culturelles  2021? Nous sommes comme vous, nous attendons de voir comment la situation évolue. Nous vous informerons au fur et à mesure.

 

Bien amicalement

 

Votre club frano-allemand

DFC / CFA Nürnberg Am Nordostbahnhof 52 90491 Nürnberg

Journée Franco-Allemande 2021

Journée Franco-Allemande 2021

Chaque année, le 22 janvier est un jour très spécial pour l’amitié franco-allemande. Le 22 janvier 1963, Konrad Adenauer et Charles de Gaulle signent le traité de l’Élysée, mettant ainsi les bases de l’amitié franco-allemande. Depuis plus de 40 ans, cette journée est célébrée en Allemagne et en France dans les écoles, les universités, les villes et les municipalités. Cette année, le jumelage Nuremberg-Nice célèbre la Journée de l’amitié franco-allemande en ligne et le club franco-allemand y participe avec une conférence sur Le Clezio. Toutes les informations sont sur le site internet suivant:

 

https://www.nuernberg.de/internet/international/aktuell_69997.html

DFC / CFA Nürnberg Am Nordostbahnhof 52 90491 Nürnberg

CONCOURS DE LECTURE EN LIGNE – Édition 2021

CONCOURS DE LECTURE EN LIGNE – Édition 2021

L’édition 2021 de notre concours de lecture en ligne en français sera lancée à l’occasion de la journée franco-allemande du 22 janvier 2021.

Cette année, nous voulons rendre hommage à 3 personnalités tout en nous plongeant dans le monde de la poésie et des fables.

Jean de La Fontaine
est un écrivain français du XVIIe siècle. Il est né il y a 400 ans. En France, tous les enfants connaissent les fables de La Fontaine !

 

Andrée Chedid
est une écrivaine française d’origine libanaise qui est morte il y a 10 ans. Outre des poèmes et des romans, elle a également écrit des pièces de théâtre et des livres pour enfants. Elle a reçu de nombreux prix littéraires, dont le prix Goncourt de la poésie.

 

Georges Brassens
est un poète, écrivain et chansonnier français. Il est né en 1921 et est mort en 1981. 2021 marque donc le 100e anniversaire de sa naissance et le 40e anniversaire de sa mort. Georges Brassens est considéré comme l’un des grands maîtres de la chanson littéraire.

 

Comment fonctionne le concours ?

Les élèves

  • choisissent d’abord un ou plusieurs textes de notre sélection afin d’avoir 2 à 3 minutes de lecture
  • les lisent à voix haute et s’enregistrent en même temps,
  • puis nous envoient le formulaire d’inscription et le fichier audio – avant le 21.03.2021.

Notre jury jugera les meilleures contributions et décernera les prix.

 

Les conditions de participation se trouvent ici.

 

Nous attendons déjà avec impatience les nombreux poèmes, fables et chansons !

 

DFC / CFA Nürnberg
Am Nordostbahnhof 52
90491 Nürnberg

!!! Concert annulé !!! Tournée Julie-Marie

!!! Concert annulé !!! Tournée Julie-Marie

Concert annulé  — Les tickets achetés seront remboursés.

La prochaine manifestation est déjà en vue: la tournée de Julie-Marie avec des concerts et des Masterclasses.
Qui est Julie-Marie? Regardez tout simplement son concert live du 10 septembre sur notre page Facebook, elle vous emmènera dans son monde. 
Le 24 octobre à 19:30, elle sera présente à la Heilig-Geist-Saal dans la maison internationale à Nuremberg (Hans-Sachs-Platz) accompagnée de son saxophoniste Benoit Marx Ikonga. Soul, Jazz, musique africaine, c’est dans cet environnement que s’est formé ce musicien, son motto « la musique est une langue universelle sans limite, sans frontière. Laissez-moi vous transporter ».  .
Ce concert a lieu en coopération avec Nürnberg InternationalFreundeskreis Nürnberg-Nizza et avec le soutien financier de Buergerfondscitoyen.
Places 15,50 Euro / Prévente 14,30 Euro (Réduit 11 Euro) – Prévente: Stadt Nürnberg, Kulturinformation (Königstraße 93, Tel. 0911 / 231–4000
www.kunstkulturquartier.de
Les participants s’engagent à respecter les règles d’hygiène en vigueur pour cette manifestation.

La tournée de Julie-Marie ne comprend pas seulement des concerts mais également des Masterclass dans des écoles de la région et une participation à l’émission de radio Francophonies sur Radio Z le mercredi 21 octobre à 19 :00 https://www.facebook.com/francophonies.musik/. Elle sera donc présente à Nürnberg, Erlangen, Fürth, Ratisbonne et Düsseldorf. La tournée est soutenue par le fonds citoyen franco-allemand. Si vous souhaitez voir comment se passent les Masterclass, nous vous invitons à regarder celles de 2018. https://dfc-nuernberg.de/fr/2018/11/tournee-julie-marie/

DFC / CFA Nürnberg
Am Nordostbahnhof 52
90491 Nürnberg

Newsletter octobre 2020

Newsletter octobre 2020

Chers amis,

L’automne est arrivé et le virus est toujours là ! Mais on garde le moral et le club ne demeure pas inactif.

Lors des Stadtverführungen du mois de septembre, le club franco-allemand avec Gwenaëlle Hamon-Chevallier et Eliane Dehaut et le bureau des relations internationales avec Birgit Birchner, ont organisé un tour en ville sur le thème « Nice rend heureux ». Après un exposé de Mme Birchner sur les villes jumelées avec Nürnberg et plus spécialement sur le jumelage Nice-Nuremberg, les participants ont été invités à un parcours gastronomique français en commençant par une superbe galette des rois, une tarte à l’oignon, des rillettes et un bon rosé. En chemin nous avons ensuite abordé le thème de l’Occitanie et de la langue occitane et tout en savourant nos macarons, nous avons évoqué le Mont Macaron (806m), situé à une vingtaine de km de Nice. La visite s’est terminée par une glace à la Kleine EisManufaktur. Nous participerons de nouveau en 2021 ! Lire également la chronique de Gwenaëlle Hamon-Chevallier https://dfc-nuernberg.de/fr/2020/09/stadtverfuehrungen/

L’arrière-pays de Nice a été touché ces derniers jours par de terribles inondations, nous sommes de tout cœur avec leurs habitants.

Vous vous souvenez de la chanteuse française Julie-Marie venue en novembre 2018? Si vous ne la connaissez pas encore, regardez son concert en ligne du 10 septembre 2020 sur notre site Facebook https://www.facebook.com/dfc.cfa/videos/353534615827166/. Elle devait revenir à Nuremberg avec de nouvelles chansons mais le concert a dû, comme bien d’autres, être annulé en mars 2020. Mais elle sera là le 24 octobre à 19h30 sur la scène de la Heilig-Geist-Saal https://dfc-nuernberg.de/fr/2020/09/julie-marie-en-concert-3/ accompagnée de son saxophoniste Benoit Marx Ikonga. Soul, Jazz, musique africaine, c’est dans cet environnement que s’est formé ce musicien, son motto « la musique est une langue universelle sans limite, sans frontière. Laissez-moi vous transporter ». Le concert est en coopération avec le bureau des relations internationales de Nuremberg et le cercle des amis de Nice. Où acheter votre billet : Kulturinformation (Königsstr.93/ 0911 231 4000/) Prix : 15,50/14,30/11 €). https://kukuq.eventim-inhouse.de/webshop/webticket/eventlist Chacun-e s’engage à respecter les mesures de sécurité et d’hygiène en vigueur.

La tournée de Julie-Marie ne comprend pas seulement des concerts mais également des Masterclass dans des écoles de la région et une participation à l’émission de radio Francophonies sur Radio Z le mercredi 21 octobre à 19 :00 https://www.facebook.com/francophonies.musik/. Elle sera donc présente à Nürnberg, Erlangen, Fürth, Ratisbonne et Düsseldorf. La tournée est soutenue par le fonds citoyen franco-allemand. Si vous souhaitez voir comment se passent les Masterclass, nous vous invitons à regarder celles de 2018. https://dfc-nuernberg.de/fr/2018/11/tournee-julie-marie/

*********

Nous souhaitons attirer votre attention sur le film « La Daronne » de Jean-Paul Salomé avec Isabelle Huppert  qui passe actuellement au Babylon Kino à Fürth et en particulier le 13 octobre en version originale dans le cadre de « Cinéma mon Amour »  https://www.babylon-kino-fuerth.de/vorschau/film/eine-frau-mit-berauschenden-talenten avec une soirée discussion à la fin du film et au Cinecitta https://www.cinecitta.de/de/Eine-Frau-mit-berauschenden-Talenten-7780.html, le 13 octobre, une soirée culinaire y est même organisée https://www.cinecitta.de/de/Kulinarisches-Kino-Eine-Frau-mit-berauschenden-Talenten-8335.html.

N’oubliez pas que le Filmhauskino à Nuremberg https://www.kunstkulturquartier.de/filmhaus/programm/cinema-francais/ présente aussi une fois par mois des films en français. Une discussion est proposée après le film.

Dr. Klaus Roth propose une soirée littéraire au profit des victimes de Nice le 14 octobre de 18 :00 – 19 :00 dans la Heilig-Geist-Saal, Hans-Sachs-Platz 2, Nürnberg.

Nous nous réjouissons de vous retrouver.

Amicalement,

Votre Club franco-allemand

DFC / CFA Nürnberg Am Nordostbahnhof 52 90491 Nürnberg

« La commode aux tiroirs de couleurs » (2020) & « L´étrangère » (2015)

« La commode aux tiroirs de couleurs » (2020) & « L´étrangère » (2015)

Le confinement est terminé mais ce n’est pas une raison pour fermer les livres ! Voici deux idées de lecture qui vous plairont peut-être……

  • La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz
  • L’étrangère de Valérie Toranian

Deux autrices différentes mais leurs romans ont un certain nombre de points communs. O. Ruiz, chanteuse, est née en 1980 à Carcassonne, elle est d’origine espagnole. V. Toranian, journaliste, est née en 1962 à Suresne, elle est d’origine arménienne.

Le thème de ces 2 récits est la vie mouvementée de deux grand-mères, Rita et Aravni, racontée par leurs petites-filles. Le point de départ est une tragédie historique : L’Espagne sous la dictature de Franco (1939) pour Rita et le génocide arménien (1915) pour Aravni. Les deux femmes quittent leur pays dans la douleur et terminent leur vie en France.

L’exil, le déracinement, l’abandon d’êtres chers, les camps de réfugiés, les difficultés économiques et personnelles dans le pays d’accueil, l’identité, la langue que l’on parle et celle qu’on doit apprendre, l’héritage culturel que l’on veut transmettre ou non aux générations futures, les souvenirs, ce sont les lourdes valises que traînent, portent Rita et Aravni. Thème d’actualité……

Les récits sont cependant différents :

  1. Ruiz laisse sa grand-mère raconter sa vie à partir d’objets et de lettres trouvés dans « la commode aux tiroirs de couleurs » dont elle a hérité à sa mort. Chaque tiroir dévoile une partie de l’histoire de cette famille franco-espagnole. Cette histoire est une fiction car il n’y a pas eu de transmission de l’histoire familiale : « Dans cette famille, nous parlions beaucoup, à pleine voix, et surtout pour ne rien se dire. » C’est l’histoire de 4 générations de femmes fortes de Barcelone à Narbonne en passant par Argelès et Toulouse. La vie de ces femmes est difficile mais l’amour, la tendresse, la joie, l’ironie accompagnent le récit. Le ton est enlevé, pétillant : « Tu dois bien te marrer Abuela de là-haut, je suis devenue aussi bienveillante et manipulatrice que toi » dit la petite-fille dans l’épilogue en quittant son papi aux mains de « la flamboyante Lola ».

Valérie Toranian s’appuie sur des récits familiaux : « L’histoire d’Aravni est une reconstitution romancée faite à partir des notes que j’ai prises auprès de ma grand-mère pendant les dernières années de sa vie ». L’histoire commence en juillet 1915 à Amassia en Arménie pour finir en 1994 avec les derniers mots de la grand-mère. V. Toranian alterne les chapitres entre présent et passé. Les premiers chapitres nous font vivre l’atroce marche des Arméniens chassés de le chez eux par les Turcs. La Turquie nie toujours le génocide arménien : « Ce déni d’Histoire est un nœud coulant qui empêche tout Arménien, non pas de vivre, mais de respirer normalement ». Amassian, Alep, Constantinople, Marseille, Alfortville, la route est longue mais la grand-mère est une femme forte qui se bat pour survivre pour vivre, elle reste attachée à l’Arménie, aussi quand son fils Vram change son prénom pour devenir Georges (comme Rita dans le roman de Ruiz devient un temps Joséphine) et veut épouser une Française, elle se sent trahie, «Comment peut-il lui faire ça ? », elle qui aurait voulu des petits-enfants parlant « sa langue » ! L’écriture est différente de l’autre roman, le ton est plus sobre et aussi plus sombre mais le lien d’amour entre la grand-mère et la petite-fille nous entraîne de page en page sans jamais nous lasser.

Ces romans ne sont pas traduits.

La commode aux tiroirs de couleurs, édition JC Lattès, 2020

L étrangère, édition «J’ai lu » nr 11448, 2015

 

 

 

 

 

Stadtverführungen

Stadtverführungen

Si vous n’avez pas participé hier à la visite « Nizza macht glücklich » lors des Stadtverführungen, vous avez vraiment loupé quelque chose.

Cette visite a été culturelle et gastronomique. Nous avons pu savourer la façon de vivre en France et particulièrement en Provence. Merci à Konditorei Rittinghausen pour les macarons et les tartes aux oignons exquis, merci à Cave Secrète – Erlesene Weine & Champagner pour le rosé de Provence parfait, les rillettes et les explications sur le vin, L’Occitane en Provence de la Karolinenstraße ne doit pas non plus être oublié, merci à Die kleine Eismanufaktur pour les glaces à la fin de notre visite et particulièrement un grand merci à Birgit Birchner du bureau des relations internationales Nürnberg International Nürnberg International pour cette superbe coopération. Nous remettrons cela l’année prochaine. Suivez-nous afin d’être informés de suite (soit sur Facebook https://www.facebook.com/dfc.cfa/, soit par la Newsletter). 

DFC / CFA Nürnberg Am Nordostbahnhof 52 90491 Nürnberg

Newsletter septembre 2020

Newsletter septembre 2020

Chers amis,
 
Nous espérons que vous avez profité de l’été pour vous reposer et ainsi pouvoir reprendre le travail ou l’école en pleine forme.
Afin de démarrer cette rentrée scolaire en beauté, nous lançons la tournée allemande de Julie-Marie, notre auteure-compositeur-interprète préférée, avec un concert en ligne sur Facebook le jeudi 10 septembre à 20:00 https://www.facebook.com/events/790569061482595/. Ce concert permettra à ceux qui ne la connaissent pas de découvrir notre coup de coeur de 2018 et à ceux qui la connaissent de patienter avant le concert du 24 octobre qu’elle donnera à Nuremberg dans la Heilig-Geist-Saal.
Julie-Marie expliquera ses chansons en allemand avant de les chanter comme elle le fera lors du concert live du 24 octobre.
Nous pourrons écouter quelques chansons de son album „La chanson du mardi“ ainsi que quelques chansons qu’elle a écrites depuis. Et lors du concert du 24 octobre, vous aurez le plaisir d’entendre les chansons de son nouvel album „Joyeux Bordel“ qui sort le 18 septembre et de la voir accompagnée de son saxophoniste Mermans Bun’s.
Vous pourrez prochainement acheter vos places pour le concert du 24 octobre, nous mettrons le lien en ligne dans quelques jours. Toutes les places achetées pour le concert du 21 mars sont valables pour le 24 octobre.
Nous remercions le Fonds citoyen franco-allemand pour le soutien financier accordé pour toute la tournée de Julie-Marie. www.buergerfonds.eu
 
Nous profitons également de cette newsletter pour vous faire part de la sortie du film « Trois jours et une vie » avec Sandrine Bonnaire d’après un roman de Pierre Lemaitre au Cinecitta et au Metropolis. https://www.atlas-film.de/drei-tage.html
 
En attendant de vous revoir en personne le 24 octobre, nous nous réjouissons de pouvoir être avec vous virtuellement le 10 septembre.
 
Votre club franco-allemand

DFC / CFA Nürnberg Am Nordostbahnhof 52 90491 Nürnberg

Julie-Marie en concert en ligne

Julie-Marie en concert en ligne

Nous avons le plaisir d’annoncer que Julie-Marie fera pour nous un concert en ligne sur Facebook le jeudi 10 septembre 2020 à 20:00. Ce concert permettra à ceux qui ne la connaissent pas de découvrir notre coup de coeur de 2018 et à ceux qui la connaissent de patienter avant le concert du 24 octobre qu’elle donnera à Nuremberg dans la Heilig-Geist-Saal.

Julie-Marie expliquera ses chansons en allemand et français avant de les chanter comme elle le fera lors du concert live du 24 octobre.

 

Nous pourrons écouter quelques chansons de son album „La chanson du mardi“ ainsi que quelques chansons qu’elle a écrites depuis. Et lors du concert du 24 octobre, vous aurez le plaisir d’entendre les chansons de son nouvel album „Joyeux Bordel“ qui sort le 18 septembre.

 

Vous pourrez prochainement acheter vos places pour le concert du 24 octobre, nous mettrons le lien en ligne dans quelques jours. Toutes les places achetées pour le concert du 21 mars sont valables pour le 24 octobre.

 

Au plaisir de se voir bientôt.

Nous remercions le Fonds citoyen franco-allemand pour le soutien financier accordé pour toute la tournée de Julie-Marie.

DFC / CFA Nürnberg
Am Nordostbahnhof 52
90491 Nürnberg

Nice rend heureux

Nice rend heureux

Dans le cadre des visites guidées de la ville de Nuremberg et du partenariat Nuremberg-Nice: « Nice rend heureux ».

Rien que de penser à la belle ville jumelée de la Côte d’Azur invite à rêver. Birgit Bircher (IB) et Gwenaëlle Hamon-Chevallier (DFC) partent à la recherche des traces du sud de la France à Nuremberg : elles cherchent un porte-bonheur, couronnent le roi / la reine de la galette et offrent à la fin une surprise culinaire.

Quand?

vendredi 18.09.2020 – 18:00 (Durée 60 min)

Lieu de rencontre:

Hans-Sachs-Denkmal, Hans-Sachs-Platz 1, 90403 Nürnberg (U1 jusqu‘à Lorenzkirche, Bus 37, 46, 47 bis Heilig-Geist-Spital)

Lieu d’arrivée:

Weißgerbergasse, 90403 Nürnberg

Réservation des tickets:

à partir de samedi 5 septembre 2020, 10 heures par le biais de Reservix.

Organisateurs:

Stadt Nürnberg, Amt für International Beziehungen, Projektbüro Stadtverführungen und Deutsch-Französischer Club.

DFC / CFA Nürnberg
Am Nordostbahnhof 52
90491 Nürnberg